FAQ

En 2000, la rencontre entre une sourde et un entendant a été la base de cette aventure. Elle sur Toulouse, impliquée dans les associations, lui en cursus universitaire d’ingénierie en informatique sur Nantes. A l’époque,  bon nombre de personne utilisait Napster pour Tchatter. Au fil des discussions est né le 1er dictionnaire LSF sur Internet.

Officiellement, l’association a été déclarée en Préfecture de Loire-Atlantique en 2008. Et depuis, l’aventure continue et tout le monde peut y contribuer, alors pourquoi pas vous ?

DicoLSF dispose de trois agréments :

  1. En 2009, elle a obtenu l’agrément d’intérêt général qui lui permet de recevoir des dons et en échange de délivrer des reçus fiscaux (réduction d’impôt).
  2. En 2013, elle a obtenu l’agrément éducation populaire pour favoriser les interventions dans les centres de loisirs et lui permettre d’organiser des anim’actions en faveur du jeune public.
  3. En 2016, elle a obtenu du rectorat de Nantes, l’agrément éducation nationale durant cinq ans, pour faciliter les interventions en milieux scolaires et assurer de son sérieux éducatif pour les prestations LSF et/ou Préventives.

En créant l’association DicoLSF (Diversifier l’Information, la Communication préventive, l’Ouverture vers la Langue des Signes Française) nous avons voulu donné la possibilité à toute personne qui le souhaite, de côtoyer des sourds et de s’initier à la Langue des Signes Française.

Intervenir sur la Prévention Auditive pour sensibiliser le grand public sur les risques et s’en prémunir. Intervenir dans les sociétés pour améliorer la communication avec des salarié(e)s ayant des surdités partielles ou totales…

Alerter le jeune public, des risques avec l’écoute au casque qui peut engendrer des troubles auditifs, favorisant une surdité précoce… Les Écrans Bleus qui provoquent des troubles du sommeil…

L’association est dirigée par un Bureau composé d’un Président, d’une Trésorière et d’une Secrétaire. Élus lors de l’Assemblée Générale qui a lieu en début d’année tous les ans.

Après dix ans de Présidence, M. Michel RUAU a cédé sa place en mars 2018. Actuellement, nous avons : 

  • M. Cyrille RUAU (Président)
  • Mme Céline BONIN (Trésorière)
  • Mme Nicole RUAU (Secrétaire)
Nous aimerions agrandir le cercle des responsabilités en ayant des personnes qui entrent dans le Conseil d’Administration. Avis aux amateurs…

 

  • Ses objectifs généraux sont : 3 modes d’apprentissage (Visuel, Auditif, Kinesthésique).

=> Dans le domaine Social : Favoriser la communication et les échanges entre sourds et entendants avec l’aide de la Langue des Signes Française (LSF), pour vivre la différence comme une force et limiter l’audisme[¹] ou l’entendisme[²].

Elle souhaite promouvoir la Langue des Signes Française et permettre à chaque membre de l’association d’être acteur de son apprentissage à la culture sourde.

=> Dans le domaine Santé & Environnement : Prévenir le grand public sur les risques de surdité par rapport à des activités ou des attitudes portant atteinte à l’ouïe à tous les âges.

A travers différentes activités, DicoLSF souhaite renforcer les liens entre grands-parents / parents / enfants dès la petite enfance, mais également entre adultes sourds et entendants. L’échange intergénérationnel étant d’autant plus visible dans les ateliers Bébé Signe ou les Jeux LSF.

Audisme : discrimination dont sont victimes les sourds, les personnes avec perte auditive au même titre que le racisme, le sexisme.

Entendisme : discrimination dont sont victimes les entendants signeurs de la part de sourds (inverse d’Audisme).

  • Pour l’axe LSF, elle ne dispose que du soutien de la ville de Nantes. 
  • Pour l’axe Prévention, elle est soutenue par l’ARS (Agence Régionale de Santé), la Région des Pays de la Loire, la ville de Nantes. Grâce à l’ARS, elle vient d’obtenir en 2018, le label PRSE 3 garantissant de sa qualité d’intervention 
  • Pour l’axe Ciné-Débat, elle est soutenue par le réseau Passeurs d’Images qui lui permet d’obtenir des soutiens avec la DRAC. Elle a obtenu le soutien du CNC pour la promotion de films Cinéma Solidaire. Ce soutien a été accordée grâce à sa volonté de favoriser l’accès au cinéma, pour les personnes ayant une surdité, avec des séances équipées de sous-titres.

Régulièrement, l’association répond à des appels à projet de fondations, de services publics, de mécénats. Elle a déjà obtenu des soutiens de la Fondation de France, Swisslife, Adecco, SNCF. Elle a obtenu des aides à la formation des bénévoles de la DRJSCS. Elle a bénéficié d’une aide importante du Lions Club Nantais pour la création de ses supports éducatifs disponible dans sa boutique.

Néanmoins, depuis 2015, elle constate une nette difficulté à être accompagné, soutenue pour développer ses actions. A titre d’exemple, en 2016, 27 dossiers ont été adressés, seul 5 ont reçu un avis favorable. Au-delà des heures de rédaction, de lecture des conditions de validation et des clauses d’éligibilités, dignes du parlement européen, le moral des bénévoles décroît. Or, les bénévoles sont des citoyen-nes impliqués sur le territoire et garant d’apporter des solutions alternatives, aux difficultés de la société…

Si la société ne veut pas de nous, qu’elle se rassure, nous n’ont plus, on ne veut pas d’elle (Coluche)

En conséquence, l’association mise, de plus en plus, sur le soutien par Dons, les Mécénats des sociétés, le développement de l’autofinancement avec la boutique et la gestion de ses propres actions ouvertes au grand public.’

Depuis 2008, l’association est déclarée à la CNIL : Loi du 6 janvier 1978, informatique et liberté.  Elle garantie que toutes vos données sont à titre privé. En aucun cas, elle ne donne ou ne revend ses bases de données avec vos informations personnelles.

RGPD veut dire Règlement Général de la Protection des Données : c’est une nouvelle Loi Européenne qui s’applique aux sociétés, aux administrations qui gèrent des données personnelles. 

Après quatre années de négociations législatives, ce règlement a été définitivement adopté par le Parlement Européen le 14 avril 2016. Ses dispositions sont directement applicables dans l’ensemble des 28 États membres de l’Union Européenne à compter du 25 mai 2018.

La grande nouveauté réside dans le fait qu’il doit y avoir consentement des personnes qui disposent d’espace numérique avec leurs données personnelles. C’est la raison pour laquelle, les personnes reçoivent des emails pour valider leur compte.

Le RGPD permet aussi de légalement condamner des organismes qui manqueraient à leur devoir de protection de vos données personnelles.

La donnée personnelle, c’est toutes informations directes ou indirectes qui permettent d’identifier une personne. 

C’est bien entendu, son prénom, son nom, son email, son numéro de téléphone, son adresse mais aussi les contenus qu’elle poste sur Internet.

Pour les utilisateurs, il n’y a pas de grand changement puisqu’il existait déjà des règles notamment en France qui imposaient le droit de disposer de ses données personnelles. 

Le problème vient principalement des sites ou des réseaux sociaux étrangers qui ne nous permettent pas de librement modifier, ajouter ou supprimer nos informations.

Chaque pays membre devra aussi définir l’âge minimum des mineurs pour le consentement des parents, à disposer d’un compte Internet sur une plateforme. La France a décidé de mettre cet âge à 15 ans.

L’intérêt réside sur la Portabilité des Données. Les utilisateurs doivent pouvoir récupérer toutes leurs données d’un compte pour les transférer sur un autre compte. Exemple, un utilisateur doit pouvoir récupérer tous ses emails et les transférer sur un autre gestionnaire de courriel.

Enfin, toutes les sociétés devront expliquer clairement les conditions d’utilisation des données personnelles.

Pour DicoLSF, elle disposait d’un numéro CNIL qui lui imposait des autorisations pour gérer l’inscription des adhérent-es notamment sur son site internet. 

Comme toute organisme disposant d’un site internet, elle doit clairement définir les règles d’utilisation de vos données personnelles (lire attentivement la FAQ).

Sur votre compte de la boutique, vous disposez d’un espace de gestion de vos données personnelles. Néanmoins, comme le site DicoLSF dépend de Workpress, en cas de difficulté ou d’incohérence de gestion de vos données, merci de nous adresser un email pour que nous puissions alerter l’hébergeur Workpress.

En surfant sur notre site, notamment avec un navigateur type Google, le moteur de recherche Chrome, l’association décline toute responsabilité si vous receviez des spams ou publicités, en lien avec votre navigation par Internet. En effet, ces organismes américains filent les utilisateurs. En clair, ils suivent vos déplacements, les mots-clés que vous tapez sur leur espace.

L’association vous conseille de surfer sur Internet avec le navigateur Firefox et d’utiliser le moteur de recherche français Qwant. Ils assurent de ne pas vous filer. De plus, elle vous conseille d’utiliser sur votre ordinateur, le logiciel Ccleaner qui permet après chaque déplacement sur Internet de nettoyer tous les liens temporaires enregistrés qui sont vecteur d’espionnage de vos données personnelles…